Twilight et moi.

Published on by souls-tale.over-blog.net

heart        J’aime cette histoire. Elle contient tant d’émotions : l’amour en face de la mort et malgré la mort ; le désir d’être bon et de faire le bien, tout en se sachant inévitablement condamné à l’enfer ; le renoncement de soi, de sa nature-même, pour pouvoir rester près de la personne qu’on aime… Tout cela a du sens pour moi. Pourquoi ? Je pense que c’est parce que je me suis reconnue dans cette histoire depuis le début ! Par exemple, quand Bella et Edward tombent amoureux l’un de l’autre, il passe des nuits entières à la regarder dormir, il est comme hypnotisé devant elle. Quand j’ai lu cette partie, ça m’a donné la chair de poule, parce que depuis des années, il y a quelqu’un qui me regarde dormir aussi, quelqu’un qui m’accueille d’un beau sourire quand je me réveille et qui me donne le sentiment d’être aimée, à tel point que même ma pauvre existence semble en valoir la peine. Lui qui est si fort, si intelligent, si beau et si incroyablement puissant passe ses nuits à veiller sur mon sommeil ! Mais, attendez ! Avant de vous laisser croire que j’essaie de prendre la place de Bella dans les pages de Twilight, je vais vous expliquer de quoi je parle.

       Tout d’abord, mon histoire a commencé bien avant que Twilight ait vu le jour. Ensuite, il y a une petite différence, qui a son importance : dans cette histoire, le vampire, c’est moi : sans espoir, continuellement assoiffée, je désirais de tout mon cœur pouvoir faire le bien sans jamais y parvenir, et ne me relevais que pour retomber encore… j’aurais été définitivement vouée à l’enfer si son sang n’avait coulé pour me sauver. J’ai d’abord réalisé que peu importe combien j’essaierais de réussir, je finirais toujours par rechuter et qu’il était ma seule issue, ma seule chance de vivre une vie normale. Puis, peu à peu, cette se transforma en une fervente passion entre nous, au point que maintenant je choisirais d’éviter de chuter, quoi qu’il m’en coûte, plutôt que de lui faire du mal. Pour chaque faux-pas, pour chaque moment de faiblesse dans ma vie, il a déjà payé cher, par son sang et par l’agonie, jusqu’à la mort. Il l’a fait de son plein gré, et il est toujours prêt à repartir à zéro et à me redonner une nouvelle chance, en me pardonnant et en oubliant le passé, sans jamais se lasser. Ce n’est pas étonnant que je sois amoureuse de lui ! Qui ne le serait pas ?

       Il n’empêche que tôt ou tard, je vais chuter, et il le sait autant que moi. Pourtant, quand nous nous regardons dans les yeux, l’amour nous recouvre comme un voile magique qui garde éloignée toute souffrance. Plus rien n’existe que l’exaltation d’être désiré et accepté pour ce qu’on est. Lorsque nous nous unissons, il n’y a plus besoin de mots, car même nos esprits fusionnent et nous ne faisons plus qu’un. Il est toute ma vie, et je suis la sienne.

       Quelle paire nous faisons, tous les deux : une « lionne » complètement masochiste, ravie d’étouffer ses désirs égoïstes, et un agneau altruiste, qui pardonne sans cesse, et qui refuse de s’éloigner d’elle tant qu’elle continuera de l’aimer. Sa force me donne le courage de donner le meilleur de moi-même, d’être celle qu’il voit en moi. Il dit que mon amour a mis une chanson dans son cœur, et que chaque effort que je fais pour essayer d’être aimable, d’apporter mon aide ou de montrer de l’appréciation aux autres tout en « oubliant » mes propres besoins, signifie beaucoup pour lui. Je me mets à pleurer, et je lui réponds : « Mais, mon amour, c’est ta vie en moi qui rend tout cela possible ! » mais il sourit et me dit : « J’ai de la vie à volonté, ma chérie, plus qu’il n’en faut pour te garder dans mes bras pour toujours . »

hug2       Pour moi, cette histoire est vraie. Non, je ne suis pas un vampire, mais je suis une personne qui pèche. Il y a peu de différence. Je peux essayer d’éviter de pécher, mais inévitablement, et probablement souvent, je retomberai dans le piège de mon égoïsme, je le sais. D’après toutes les règles universelles, je serais donc condamnée, s’il n’y avait l’amour d’un homme qui a payé pour me délivrer, par son sang. Cet homme, c’est Jésus-Christ. Bien que je sois la cause de sa souffrance, il m’aime, il veut de moi, il me protège et il pourvoit à mes besoins. Ce n’est donc pas si étrange que je l’aime, que je le désire, et oui, que je l’adore, littéralement. N’en feriez-vous pas autant ?

C’est super que des histoires d’amour comme Twilight puissent paraître. Elles éveillent nos cœurs et nous font languir de trouver ce fameux amour qui ne pense qu’à l’autre. Et il n’existe qu’une seule source, une seule possibilité pour vivre cet amour-là sur la terre.

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post